10 films d’horreur oubliés mais géniaux des années 80 que vous devriez regarder cet Halloween

Vous cherchez un film d’horreur effrayant des années 80 à regarder pour Halloween ? Alors regardez ces films oubliés.

À la fin des années 80, John Carpenter est passé à un territoire légèrement comique avec les fantastiques Big Trouble in Little China et They Live. Entre ces deux films, le réalisateur estimé a produit Prince of Darkness, une histoire captivante sur l’arrivée de Satan lui-même.

Bien qu’il ne soit pas aussi célébré que Halloween ou The Thing, Prince of Darkness met en valeur la direction stellaire de Carpenter et son penchant pour l’exploration d’idées et de lieux uniques. Lors du prochain marathon Carpenter, assurez-vous d’inclure Prince of Darkness. The Fog des années 1980 est également génial.

Rats : Nuit de la terreur (1984)

L’une des productions les plus accessibles de Bruno Mattei, Rats: Night of Terror appuie son concept simple mais efficace avec une esthétique volontairement gluante et sale. Comme son titre l’indique, le film parle d’une horde de rats, en particulier de ceux qui aiment ce goût de sang.

La réaction d’une personne aux animaux titulaires déterminera le niveau de peur de ce film, mais Night of Terror fait un travail admirable en démontrant la nature dangereuse de ses rats. Et, même si quelqu’un est d’accord avec un rat, il peut réagir différemment face à une armée de rongeurs.

Tête de citrouille (1988)

L’un des films les plus connus pour faire la coupe, Pumpkinhead est un chef-d’œuvre d’effets spéciaux et présente une créature qui a mieux vieilli que la plupart des monstruosités nées dans les années 80. La prémisse de Pumpkinhead mélange une exubérance fantastique avec un noyau humain grâce à la perte personnelle du protagoniste.

Les décors et les effets de Pumpkinhead occupent le devant de la scène, mais le film rassemble une distribution de personnages humains pour la plupart sympathiques. Bien qu’il y ait un adolescent irrécupérable, la majorité des cibles de Pumpkinhead sont des gens parfaitement bien.

Razorback (1984)

Éloignez-vous de ce sanglier ! Chaque animal sous le soleil a été utilisé comme méchant d’un film d’horreur, et un tableau sauvage fonctionne étonnamment bien en tant que tueur d’humains. Razorback a non seulement un grand (et massif) sanglier animatronique, mais le film est étonnamment atmosphérique et visuellement troublant. La cinématographie est exceptionnelle, la séquence d’ouverture étant l’une des plus fortes de tous les films d’horreur des années 80.

L’histoire ne livre rien au-delà des bases d’un film d’animaux tueurs, bien qu’elle fasse le travail.

L’incendie (1981)

Sorti peu après le vendredi 13, The Burning est un autre film slasher sur un tueur ciblant des adolescents dans un camping. Les similitudes ne s’arrêtent pas là, car The Burning fait très peu pour se démarquer de la foule, bien qu’il montre la transformation de Croppy en un tueur plus en détail que la plupart de ces types de films.

Bien qu’il ne soit pas particulièrement original, The Burning est un slasher très compétent qui ne retient pas sa violence ou son gore. Jason Alexander a également fait ses débuts au cinéma dans ce film.

Marionnettiste (1989)

Au fil des décennies, Blade et sa compagnie ont figuré dans 15 films, et ce nombre continuera de croître dans les mois et les années à venir. Naturellement, Puppet Master a beaucoup de fans, mais la franchise reste une propriété de niche surtout connue d’un public sélectionné plutôt que du grand public.

Gore, ringard agréable et capable de moments vraiment intenses, Puppet Master est un film amusant et facile à regarder, en particulier pour ceux qui trouvent les poupées effrayantes. Certaines des suites sont également très bonnes.

Nuit de la comète (1984)

Une délicieuse satire d’horreur, La nuit de la comète est construit à partir du même moule de films ultérieurs comme The Blob et Shaun of the Dead. Une comète éviscère la plupart de la population ou les transforme en zombies, laissant une poignée de survivants se débrouiller seuls. Regina, 18 ans, est l’une de ces survivantes et elle devra sortir de sa zone de confort pour traverser ce chaos.

La nuit de la comète bouscule les attentes grâce à ses dialogues pleins d’esprit et à sa déconstruction astucieuse des tropes de genre. C’est le film idéal pour une soirée de veille sur le thème d’Halloween qui souhaite ajouter une touche de science-fiction.

Singe brille (1988)

George A. Romero n’a pas besoin d’être présenté aux fans d’horreur, mais le film du réalisateur de 1988 sur un singe qui aime trop le pouvoir. Monkey Shines se concentre sur la (initialement) belle amitié entre Allan, un tétraplégique, et Ella, un singe qui l’aide. Comme cela a souvent tendance à se produire dans ces films, Ella a reçu une injection de cerveaux humains et devient ainsi plus intelligente que le singe moyen.

Monkey Shines est un brûleur lent alors que Romero augmente régulièrement l’horreur alors qu’Ella devient de plus en plus possessive envers Allan. Le point culminant va également pour le tout.

Psycho 2 (1983)

Psycho 2 n’a pas besoin d’exister. Le classique d’Alfred Hitchcock de 1960 s’est tenu tout seul pendant plus de deux décennies, et peu de gens exigeaient de savoir ce que Norman Bates avait fait au fil des ans. Aussi inutile que cela puisse paraître, Psycho 2 est une suite d’horreur absurdement géniale.

Plus un film slasher qu’un thriller, Psycho 2 bénéficie du retour d’Anthony Perkins offrant une performance tout aussi captivante que celle du film original. Bien qu’il ne soit pas aussi mémorable, Psycho 3 est aussi un bon moment.

Le truc (1985)

Larry Cohen était le maître des films d’horreur de série B dans les années 80, et The Stuff est son opus magnum. Se moquant habilement du consumérisme et des publicités, The Stuff est nommé d’après une substance extraterrestre qui est commercialisée comme quelque chose qui s’apparente à de la crème glacée ou du yaourt.

En plus d’être incroyablement addictif, The Stuff prend également vie pour manger ses consommateurs, les transformant ainsi en zombies. De superbes effets, une prémisse farfelue mais convaincante et un acte final mémorable, The Stuff est génial.

Crunchyroll révèle une programmation passionnante pour l’automne 2021, y compris Demon Slayer

Crunchyroll a annoncé sa programmation pour la saison automne 2021, y compris les...

Les 15 meilleurs mods pour Civilization 6

Civilization 6 propose des tonnes de mods différents que les joueurs peuvent essayer....

Leaker taquine la nouvelle mise à jour de l’héritage de Poudlard à venir

Un leaker réputé laisse entendre que les fans de Harry Potter auront leur...