15 des meilleures trilogies de films de tous les temps

Ces trilogies de films mémorables sont parmi les meilleures de tous les temps et ont laissé une impression durable sur le public du monde entier.

  • Films : Mad Max (1979), Mad Max 2 (1981) et Mad Max Beyond Thunderdome (1985)
  • Réalisateur : George Miller
  • Acteurs : Mel Gibson, Max Fairchild, Bruce Spence, Joanne Samuel et Brendan Heath
  • Entrée la plus faible : Mad Max Beyond Thunderdome (1985)

Lorsque Mel Gibson a décroché le rôle principal dans le film de 1979 Mad Max, très peu de gens connaissaient le nom du jeune acteur. Avance rapide d’une dizaine d’années cependant, et le surnom du réalisateur oscarisé était devenu l’un des plus grands d’Hollywood; grâce en grande partie au succès de la fantastique trilogie de films post-apocalyptiques de George Miller.

Vue côte à côte avec le redémarrage de 2015 avec Tom Hardy, la trilogie originale peut ne pas sembler si spéciale. Pour leur époque, cependant, les cascades de conduite fantastiquement chorégraphiées étaient immensément impressionnantes, tout comme les toiles de fond sèches et désolées contre lesquelles les trois films étaient tournés.

La trilogie du maillot

  • Films : Clerks (1994), Mallrats (1995) & Chasing Amy (1997)
  • Réalisateur : Kevin Smith
  • Acteurs : Jason Mewes, Kevin Smith, Brian O’Halloran, Shannen Doherty et Ben Affleck
  • Entrée la plus faible : Mallrats (1995)

La trilogie Jersey de Kevin Smith est un peu différente, en ce sens qu’il n’y a pas vraiment d’histoire globale reliant les trois films. Au lieu de cela, ce sont les personnages emblématiques du réalisateur, Jay et Silent Bob, qui lient tout ensemble, même si, même dans ce cas, ils le font de la manière la plus lâche possible.

Les trois films ont un ton incroyablement différent, l’humour évoluant d’un film à l’autre indiquant sans doute l’évolution progressive de Smith en tant que cinéaste. La dissonance narrative peut rendre un peu difficile pour les fans d’un film d’apprécier les autres, mais chacun a définitivement ses mérites en tant que film autonome.

Pouvoirs d’Austin

  • Films : Austin Powers : International Man of Mystery (1997), Austin Powers : The Spy Who Shagged Me (1999) & Austin Powers in Goldmember (2002)
  • Réalisateur : Jay Roach
  • Acteurs : Mike Myers, Seth Green, Elizabeth Hurley, Verne Troyer et Robert Wagner
  • Entrée la plus faible : Austin Powers dans Goldmember (2002)

Bien qu’il ait commencé sa vie comme une autre série de parodie de films d’espionnage, Austin Powers frappe toutes les bonnes notes en matière de comédie. Mike Myers offre encore une autre classe de maître en jouant plusieurs rôles et est soutenu par une solide distribution de soutien mettant en vedette Seth Green et Will Ferrell.

Bien que les films n’aient peut-être battu aucun record au box-office, leurs critiques ludiques contre la culture britannique ont été étonnamment bien accueillies des deux côtés de l’Atlantique. Les scénarios ridicules parodient également parfaitement l’agent le plus emblématique de l’ancien empire et bien que les scènes d’action ne soient pas aussi flashy, le personnage principal parvient en quelque sorte à être tout aussi suave.

Homme de fer

  • Films : Iron Man (2008), Iron Man 2 (2010) et Iron Man 3 (2013)
  • Réalisateurs : Jon Favreau et Shane Black
  • Acteurs : Robert Downey Jr., Gwyneth Paltrow, Don Cheadle, Jeff Bridges et Samuel L. Jackson
  • Entrée la plus faible : Iron Man 2 (2010)

La trilogie Iron Man a bien fonctionné au box-office et n’a pas non plus été très mal accueillie par les critiques. Peut-être que sa plus grande réussite, cependant, a été la façon dont il a lancé avec succès la première phase de l’univers cinématographique Marvel à une époque où DC et Sony ouvrent bel et bien la voie en matière d’adaptations de bandes dessinées.

De tous les principaux Avengers, peu sont aussi proches qu’Iron Man. Robert Downey Jr. fait le parfait Tony Stark, et c’est son charme et son charisme qui ont vraiment aidé les films à trouver leur succès. Certes, le second a parfois souffert d’une écriture paresseuse, mais, dans l’ensemble, Iron Man reste l’une des meilleures trilogies de bandes dessinées de tous les temps.

pirates des Caraïbes

  • Films : Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl (2003), Pirates des Caraïbes : Le coffre de l’homme mort (2006) et Pirates des Caraïbes : Jusqu’au bout du monde (2007)
  • Réalisateur : Gore Verbinski
  • Acteurs : Johnny Depp, Orlando Bloom, Keira Knightley, Geoffrey Rush et Jack Davenport
  • Entrée la plus faible : Pirates des Caraïbes : Jusqu’au bout du monde (2007)
Shuningdek o\'qing  Remnant: From The Ashes – Tous les choix de cœur de bête et leurs conséquences

Basé vaguement sur une attraction de parc à thème du même nom, l’original Pirates des Caraïbes a fait une énorme impression lorsqu’il est sorti dans les salles de cinéma en 2003. Dans Depp, Bloom et Knightley, il en offrait un des acteurs principaux les plus sympathiques jamais assemblés, et la chimie entre le trio était facile à repérer à l’écran.

Les trois acteurs sont revenus pour les deux premières suites du film, bien que Knightley et Bloom aient rebondi avant l’arrivée du quatrième volet de la série. Leur absence s’est définitivement fait sentir, même si c’est sans doute le manque de magie de Gore Verbinski qui a vraiment fait que les films suivants de Pirates des Caraïbes se sont sentis médiocres.

La matrice

  • Films : The Matrix (1999), The Matrix Reloaded (2003) & The Matrix Revolutions (2003)
  • Réalisateurs : Lana et Lilly Wachowski
  • Acteurs : Keanu Reeves, Carrie-Anne Moss, Laurence Fishburne, Hugo Weaving & Jada Pinkett Smith
  • Entrée la plus faible : The Matrix Revolutions (2003)

L’excellence de The Matrix était telle qu’il serait toujours difficile pour ses suites de s’empiler, et cela a définitivement été le cas. Lorsqu’ils sont considérés comme une trilogie, cependant, les films présentent un excellent arc narratif, des personnages fantastiques et certains des effets spéciaux les plus cool jamais vus sur le grand écran.

Le parcours de Neo de programmeur sceptique à «The One» est scintillant du début à la fin et les relations qu’il noue en cours de route aident beaucoup à cet égard. Le plus intrigant d’entre eux est peut-être sa rivalité continue avec l’agent Smith, qui est savamment interprété par Hugo Weaving. L’intrigue elle-même est également l’une des meilleures du genre de science-fiction et les Wachowski ont fait un excellent travail en la traduisant sur grand écran.

Mourir fort

  • Films : Die Hard (1988), Die Hard 2 (1990) & Die Hard with a Vengeance (1995)
  • Réalisateur : John McTiernan et Renny Harlin
  • Acteurs : Bruce Willis, Bonnie Bedelia, Reginald VelJohnson, William Atherton et Alan Rickman
  • Entrée la plus faible : Die Hard with a Vengeance (1995)

Les années 80 ont donné naissance à de fantastiques franchises de films d’action, avec Alien, The Terminator et Lethal Weapon qui ont tous fait leurs débuts tout au long de la décennie. Ne serait-ce que pour son incroyable première entrée, la trilogie originale Die Hard a sans doute l’avantage sur ses contemporains en matière d’action pure et sans mélange.

John McClane est l’un des plus gros durs à cuire de tous les temps et certains de ses bouffonneries sont vraiment inoubliables. Cela s’étend également à ses interactions avec les méchants de la série, sa rivalité avec le personnage d’Alan Rickman, Hans Gruber, fournissant certains des meilleurs moments de la trilogie. Comme de nombreux héros d’action, McClane a commencé à s’essouffler en vieillissant, mais cela ne veut pas du tout dire que Die Hard 2 et Die Hard with a Vengeance n’ont pas n’ont pas encore leurs moments aussi.

Retour vers le futur

  • Films : Retour vers le futur (1985), Retour vers le futur II (1989) et Retour vers le futur III (1990)
  • Réalisateur : Robert Zemeckis
  • Acteurs : Michael J. Fox, Christopher Lloyd, Thomas F. Wilson, Lea Thompson et Crispin Glover
  • Entrée la plus faible : Retour vers le futur II (1989)

La trilogie Retour vers le futur regorge de moments mémorables et parvient à trouver un excellent équilibre entre comédie et drame. La chimie entre Michael J. Fox et Christopher Lloyd rend l’amitié de Marty et du Doc incroyablement authentique, tandis que leurs pitreries loufoques et souvent bizarres ne sont qu’une joie à voir.

La trilogie du voyage dans le temps présente également une excellente histoire et intègre également de nombreux messages positifs. Comme Doc Brown et sa DeLorean qui voyage dans le temps, Marty McFly est l’un de ces personnages qui laissent une impression durable, et l’énergie et l’enthousiasme que Fox apporte au rôle rendent les films aussi amusants à regarder qu’excitants.

Shuningdek o\'qing  Le concepteur de Destiny 2 partage les détails de la saison des armes perdues

Le pistolet nu

  • Films : The Naked Gun : des dossiers de la police ! (1988), The Naked Gun 2 1⁄2 : L’odeur de la peur (1991) & Naked Gun 33 1⁄3 : L’insulte finale (1994)
  • Réalisateurs : David Zucker et Peter Segal
  • Acteurs : Leslie Nielsen, Priscilla Presley, O.J. Simpson, Ricardo Montalban & Robert Goulet
  • Entrée la plus faible : Naked Gun 33 1⁄3 : L’insulte finale (1994)

Quiconque se demande comment faire un bon film comique ferait bien de passer du temps à regarder la trilogie Naked Gun. L’écriture est excellente d’un bout à l’autre et complète parfaitement les styles comiques de la regrettée et grande Leslie Nielsen. Le détective Frank Drebin redéfinit parfois ce que c’est que d’être drôle, tout en livrant simultanément la parodie parfaite des films de flics classiques.

Tout dans ces films est idiot et exagéré, mais c’est sans doute ce qui les rend si agréables. À peu près toutes les autres lignes sont une sorte de blague et bien qu’il y ait un ou deux ratés chargés dans le clip, la plupart sont capables de frapper proprement leur cible. Il y a aussi beaucoup de variété dans l’humour, avec des lignes simples, des insinuations et une comédie physique se mélangeant parfaitement pour produire une trilogie qui fait rire une minute.

Homme chauve-souris

  • Films : Batman Begins (2005), The Dark Knight (2008) et The Dark Knight Rises (2012)
  • Réalisateur : Christopher Nolan
  • Acteurs : Christian Bale, Michael Cane, Aaron Eckhart, Morgan Freeman et Heath Ledger
  • Entrée la plus faible : Batman Begins (2005)

De nombreuses personnes ont tenté d’amener Batman sur grand écran au fil des ans, mais aucune ne l’a fait avec autant de succès que Christopher Nolan. Plutôt que de se pencher sur les qualités de camp de la série comme Tim Burton l’avait fait avant lui, Nolan a plutôt opté pour une approche sombre et graveleuse, et les résultats parlent vraiment d’eux-mêmes.

Certains des meilleurs méchants de Batman de tous les temps apparaissent tout au long de la trilogie, et chacun est aussi crédible que brillant. Sans surprise, peut-être, c’est le Joker qui vole à nouveau la vedette, la performance de Heath Ledger recevant des critiques élogieuses du public et des critiques. Christian Bale mérite également une mention spéciale, l’acteur fournissant sans doute les meilleures performances de Batman à ce jour.

Indiana Jones

  • Films : Les Aventuriers de l’Arche perdue (1981), Indiana Jones et le Temple maudit (1984) & Indiana Jones et la dernière croisade (1989)
  • Réalisateur : Steven Spielberg
  • Acteurs : Harrison Ford, Denholm Elliot, John Rhys-Davies, Karen Allen et Sean Connery
  • Entrée la plus faible : Indiana Jones et le Temple maudit (1984)

Écrit et réalisé par deux des plus grands noms d’Hollywood, la trilogie originale d’Indiana Jones a élevé la barre en matière de films d’action-aventure. Quatre décennies après ses débuts à l’écran, Indy reste l’un des protagonistes de films les plus emblématiques de tous les temps et ses aventures sont toujours aussi agréables à regarder qu’elles l’étaient dans les années quatre-vingt.

Les films sont pleins de moments mémorables; de la scène emblématique du boulder dash au repas de cervelle de singe qui fait tourner l’estomac. Les effets pratiques sont également impressionnants, tandis que la cinématographie magistrale fait un excellent travail pour capturer le mystère et le suspense que la narration expose si habilement. Plus que tout, les films ne se prennent jamais trop au sérieux et cela, à son tour, les rend très amusants à regarder.

Le Seigneur des Anneaux

  • Films : La Communauté de l’Anneau (2001), Les Deux Tours (2002) et Le Retour du Roi (2003)
  • Réalisateur : Peter Jackson
  • Acteurs : Elijah Wood, Ian McKellen, Orlando Bloom, Viggo Mortensen et Christopher Lee
  • Entrée la plus faible : La communauté de l’anneau (2001)

Adapter des œuvres écrites pour le grand écran n’est pas toujours facile, mais Peter Jackson l’a fait ressembler à son excellente trilogie Le Seigneur des Anneaux. Certes, cela a certainement aidé le réalisateur à travailler avec des sources aussi fantastiques, mais ses réalisations – et celles du reste de la distribution et de l’équipe – sont néanmoins incroyablement impressionnantes.

Shuningdek o\'qing  Et qu'est-ce qui se passerait si...? La théorie des fans suggère qu'Ultron a collecté les pierres de l'infini

Chaque membre de la communauté est parfaitement moulé et fait un excellent travail pour donner vie à ses personnages. Le rythme est également impeccable tout au long de la trilogie, même en dépit de sa longueur ridicule et chaque scène de bataille est merveilleusement chorégraphiée. Jackson a supprimé quelques éléments des livres, mais il est difficile d’affirmer que lui et son équipe n’ont finalement pas rendu justice au travail de Tolkien.

La trilogie des dollars

  • Films : Une poignée de dollars (1964), Pour quelques dollars de plus (1965) & Le Bon, la Brute et le Truand (1966)
  • Réalisateur : Sergio Leone
  • Acteurs : Clint Eastwood, Mario Brega, Gian Maria Volonte, Lee Van Cleef & Marianne Koch
  • Entrée la plus faible : pour quelques dollars de plus (1965)

Alors que Clint Eastwood reçoit beaucoup d’éloges pour son rôle d’homme sans nom, le réalisateur Sergio Leone mérite beaucoup de crédit pour le succès non seulement de la trilogie Dollars, mais aussi pour la montée en popularité fulgurante des westerns spaghetti. Au début des années 60, de nombreux critiques américains méprisaient le sous-genre, mais tout a changé après l’émergence de Leone.

Bien sûr, Eastwood a également joué un rôle central dans ce changement d’attitude, offrant certaines des meilleures performances de sa longue et fructueuse carrière. Pour les fans de films occidentaux, la trilogie Dollars reste la quintessence du visionnage, avec seulement une poignée de films ayant presque égalé leur excellence au cours du demi-siècle et plus depuis leurs sorties originales.

Guerres des étoiles

  • Films : Star Wars (1977), L’Empire contre-attaque (1980) & Le Retour du Jedi (1983)
  • Réalisateurs : George Lucas, Irvin Kershner et Richard Marquand
  • Acteurs : Mark Hamill, Harrison Ford, Carrie Fisher, Alec Guinness et Peter Cushing
  • Entrée la plus faible : Le retour du Jedi (1983)

C’est un peu fou de penser que l’univers cinématographique de Star Wars se compose désormais d’une trilogie de trilogies ainsi que de plusieurs films et séries dérivés. Cela dit, rien de ce qui a été publié depuis la trilogie originale n’égale son excellence. Le voyage de Luke est plein de rebondissements passionnants et parsemé de moments inoubliables et de personnages plus grands que nature du début à la fin.

Les effets pratiques utilisés tout au long de la trilogie étaient révolutionnaires pour leur époque et beaucoup d’entre eux résistent encore bien aujourd’hui. L’histoire est également toujours aussi agréable, les trilogies préquelles et séquelles ne servant qu’à souligner à quel point les films originaux sont vraiment spéciaux. L’impact culturel de la trilogie s’étend désormais sur plusieurs générations et continuera sans aucun doute à le faire au fil des années.

Le parrain

  • Films : Le Parrain (1972), Le Parrain II (1974) & Le Parrain III (1990)
  • Réalisateur : Francis Ford Coppola
  • Acteurs : Al Pacino, Diane Keaton, Robert Duvall, Marlon Brando et Robert De Niro
  • Entrée la plus faible : Le Parrain III (1990)

La trilogie Godfather de Francis Ford Coppola est presque parfaite à tous points de vue. Le jeu d’acteur est incroyable, le scénario est captivant et les compositions d’une beauté envoûtante de Nino Rota accompagnent parfaitement l’intrigue poignante. Ils font également partie des films sur le crime organisé les plus authentiques jamais réalisés et ont inspiré d’innombrables autres réalisateurs et acteurs depuis leur sortie.

Le premier film fait un travail formidable en présentant ses personnages tout en incitant les téléspectateurs à entrer dans le monde du crime organisé. Sa suite va encore plus loin, complétant la transformation de Michael de vétéran aux manières douces en cerveau criminel et cheville ouvrière. La Partie III laisse tomber un peu la balle, mais c’est peut-être plus le résultat des grandes attentes suscitées par l’excellence des deux premiers films qu’autre chose.

Dungeons and Dragons obtient une nouvelle version en trois ans

Le producteur exécutif Ray Winninger annonce que la prochaine version de Donjons et...

Pokemon: Le meilleur type psychique de chaque génération

Chaque génération de Pokémon nous a donné de nouveaux types psychiques. Voici le...

Red Dead Redemption 2 Sheriff est secrètement l’un des personnages les plus dangereux du jeu

Les fans de Red Dead Redemption 2 voudront peut-être éviter ce shérif car...